Charles Pada - Art Urbain



EMOTION


D’où vous vient votre passion pour l’Art ?

Mon départ de France pour le Japon en 2007 a marqué mon entrée dans le monde artistique. Changer de pays, c‘est se jeter dans l’inconnu et développer sa curiosité et ses facultés d’adaptation. Tokyo est une ville très dynamique, rythmée par un jeu continu de son et lumière. Le design a une part très importante dans la vie de tous les jours, que ce soit dans le marketing des produits les plus usuels, dans la décoration des restaurants et magasins ou même dans d’improbables tenues vestimentaires (les fameux cosplays, mais pas que !). Finalement, voyager de Paris à Tokyo, c’est découvrir une nouvelle culture: on revit et on découvre de nouvelles perspectives. Ce changement m’a donc littéralement introduit dans un monde où une attention particulière est portée à l’image. Je me suis alors pris au jeu local et ai commencé à acquérir ce qui me semblait beau, avant même d’être utile. Comme beaucoup de collectionneurs de nos jours, j’ai commencé à accumuler une collection de designers toys, très accessibles au Japon. S’en est suivi des rencontres locales et internationales qui ont alimenté mon intérêt et m’ont également aidé à découvrir de nouveaux artistes et medium. En 2010, je suis parti vivre à Hong Kong, qui s’est transformée par la suite en une plateforme majeure de l’Art dans la région. Les designer toys y étaient déjà bien implantés (Michael LAU, Coarsetoys). Cependant, les appartements étant très petits et chers à HK. J’ai progressivement migré vers de l’Art que je pouvais exposer sur mes murs ou stocker sous un lit (les boites de toys sont très volumineuses). Les sérigraphies ont été un excellent point d’entrée, avec un prix abordables tout en gardant cet aspect limite, cher aux collectionneurs.


COLLECTION


Il y a toujours un point de départ à une collection. Vous souvenez-vous de votre première pièce ?

Oui, mais ce n’est hélas pas forcément ce qui a réellement marqué ma passion. Je préfère évoquer mes premiers achats réfléchis, en tant que collectionneur averti : des oeuvres de Pejac, dont je ne me lasse pas même après de nombreuses années.


La pièce maîtresse de votre collection, celle dont vous êtes le plus fier ?

Pas une mais plutôt une série de pieces. J’ai un attachement particulier à ce que produit l’artiste Pejac, comme déjà évoqué. J’ai la chance d’avoir plusieurs de ses œuvres sur mes murs et dans mes tiroirs.


Où achetez-vous vos œuvres ? En ligne, en foire, en galerie ?

A mes debuts, j’achetais beaucoup en ligne. Cependant, depuis quelques années, je me décide beaucoup plus en galerie ou directement auprès des artistes.